Aux origines monastiques de la Gaule du Nord

Aux origines monastiques de la Gaule du Nord : ermites et reclus du Ve au XIe siècleEn un siècle d’échanges et de contacts humains, il peut apparaître paradoxal de porter intérêt à la solitude et aux solitaires. Il s’agit en fait de reprendre ici le problème des rapports entre une société et ses marginaux. L’Histoire s’est beaucoup préoccupée de connaître jusqu’ici les mécanismes sociaux qui influencent le comportement et les mentalités des individus. Cette étude de Jean Heuclin inverse le problème et montre pourquoi et comment des individus réfractaires à l’ordre social et rejetés par lui ont pu modifier et transformer le milieu. Jean Heuclin nous fait constater avec surprise qu’une des nouveautés les plus étonnantes des sociétés germano-latines du Haut Moyen Age fut le développement érémitique dans un monde d’une extraordinaire violence ou la communauté fraternelle est indispensable pour protéger l’individu.

Du Ve au XIe siècle, entre Seine et Rhin, 300 ermites furent responsables de la création d’une centaine de villes et de monastères, ils rendirent au travail manuel ses lettres de noblesse et donnèrent à la vie quotidienne des populations rurales un nouveau sens, inspiré de l’Amour capable de transcender la Mort et de faire reculer le goût de l’Avoir et du pouvoir. Cette nouvelle optique permettra de mieux saisir les subtilités de l’Histoire des Hommes et ouvrira de nouveaux chapitres dans la grande aventure de l’Humanité.

HEUCLIN, Jean, Aux origines monastiques de la Gaule du Nord : ermites et reclus du Ve au XIe siècle, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires de Lille, 1988 – ISBN 2-85939-290-4