Simul’ONU 2014 : les changements climatiques au cœur du débat

Dans l’amphithéâtre Teilhard de Chardin de l’ICL s’est déroulée pendant deux jours une simulation de conférence de l’ONU. Pour l’occasion, des élèves de La Salle et des étudiants de différentes facultés de la Catho se sont exercés à la négociation. Avec les changements climatiques au cœur du débat.

Les étudiants viennent défendre les positions des pays de leur choix.

Les étudiants viennent défendre les positions des pays de leur choix.

Costumes soignés, coiffures travaillées et discours rédigés. On comprend rapidement la démarche. Et ce n’est pas la multitude de drapeaux qui ornent les murs et les couloirs qui viendront affirmer le contraire. Le concept est simple : des élèves ou des étudiants désignés à l’avance doivent défendre et exprimer en équipe, les positions du pays de leur choix. Ils montent alors tour à tour à la tribune et s’emploient à trouver le ton juste pour s’exprimer devant une salle comble. Une tension palpable et un certain brouhaha rappelé à l’ordre par le marteau en bois de la présidente, nul doute que les conditions sont bien réelles.

L’organisation aussi est professionnelle. Trois minutes pour chaque discours, la nécessité d’écrire sur des petits papiers son pays pour prendre la parole et des huissiers qui se chargent de classer le tout. Pour ces jeunes, c’est une véritable chance de se projeter dans le monde du travail et de comprendre son fonctionnement. « C’est à la fois original et structurant. Et en même temps ,c’est un moment impérissable »,précise Francis Deplancke, Directeur Général des Relations extérieures et des financements de l’ICL en ouverture de séance.

Les changements climatiques à l’honneur

Ces 9 et 10 décembre, ce sont donc plus de 200 élèves et étudiants représentant 66 nations qui débattent autour de la question environnementale. Au cœur des problèmes de nos sociétés, le thème abordé est d’une importance capitale. Ce qu’explique très justement Fabienne Pompey, responsable de la communication pour la France à l’UNRIC (Centre régional d’information des Nations Unies pour l’Europe occidentale), en préambule :« Sachez qu’aucun de nos efforts ne sera utile si on ne règle pas le problème de la planète. L’enjeu étant avant tout la survie de l’humanité. »

Conscient des dangers que nous encourons, les différents délégués se sont succédés pour exposer leurs situations nationales, élaborer des coalitions et prendre des résolutions. En tout cas, une chose est sûre, la simulation doit être respectée dans ses moindres détails : « On n’applaudit pas même si les discours sont particulièrement émouvants. On applaudira qu’à la fin des deux jours quand il y aura un consensus », rappelle la présidente.

Wali BENIA