Le journalisme expliqué aux étudiants

A l’occasion de la semaine de l’orientation, du 26 au 31 janvier, la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) organisait chaque jour une heure de rencontre sur les métiers du journalisme. Un moment d’échange entre étudiants et Guillaume Leroy, directeur du master journalisme.

    Guillaume Leroy prodigue ses conseils aux étudiants, au sein du MédiaLab.

Guillaume Leroy prodigue ses conseils aux étudiants, au sein du MédiaLab.

Ils viennent de communication, lettres étrangères appliquées ou encore droit, des horizons différents pour des étudiants qui souhaitent en apprendre davantage sur le métier de journaliste. Accueillis au sein du Médialab par Guillaume Leroy, les jeunes sont timides, évidemment. « Si vous souhaitez être journalistes, n’hésitez pas à poser des questions », sourit le directeur du master journalisme.

Il faut dire qu’avec le plateau de télévision et le studio radio, le Médialab a de quoi séduire. Pourtant, c’est la presse écrite qui attire le plus ces étudiants en licence, comme Bochra : « Je suis encore en première année mais je m’intéresse déjà à mon futur master. Le journalisme n’est pas forcément une priorité mais j’adore écrire depuis mon jeune âge donc le travail dans la presse est une possibilité. » 

Un feu d’artifice de réflexions

Ces rencontres permettent un échange mais aussi d’expliquer comment accéder au métier ainsi que la formation proposée par l’Université Catholique. Le master se développe peu à peu et l’objectif est clair : « Nous souhaitons mettre les étudiants au centre du projet, qu’ils deviennent les acteurs de leur propre formation », assure Guillaume Leroy.

Le master, lancé en 2006, est ouvert à tous les profils. Charlotte, en licence de droit, se demande s’il y a besoin d’une remise à niveau pour intégrer la formation. La réponse est simple et rassurante de la part du directeur : « Chacun vient avec ses connaissances et son passé. La diversité des filières d’origine contribue beaucoup à une réflexion plus large et permet d’aboutir à un véritable feu d’artifice. » Et avec les événements récents survenus à Charlie Hebdo, le métier de journaliste a quelque peu redoré son blason. De quoi attirer un peu plus les jeunes étudiants.

Rémi LEFEUVRE