Job dating : ils se disent oui à la Catho

Les facultés de l’Université Catholique de Lille ont choisi le mois de l’amour pour la 5e édition du job dating annuel. Le jeudi 5 février, une quarantaine d’entreprises et des centaines d’étudiants ont eu une après-midi pour se trouver. Au total, 450 entretiens ont eu lieu.

    Entretien au stand Auchan, lors du job dating 2015 de l'Université Catholique de Lille.

Entretien au stand Auchan, lors du job dating 2015 de l’Université Catholique de Lille.

A quelques minutes du coup d’envoi, le rez-de-chaussée de l’hôtel académique se remplit. Des étudiants de tous horizons attendent, CV et lettre de motivation à la main, de pouvoir s’entretenir avec les recruteurs. Stress et angoisse se lisent sur certains visages alors que d’autres plus confiants arborent un large sourire. L’heure tant attendue arrive enfin, les étudiants s’empressent d’échanger les derniers conseils et recommandations. Il est 14h, les entretiens débutent. La chapelle universitaire s’anime au rythme des voix.

Un projet porté par Stéphanie Bediez

Le concept a été conçu en 2010 par Stéphanie Bediez, la responsable des relations entreprises pour la faculté des sciences économiques et de gestion. « Au départ, tout est parti d’un projet, vouloir répondre aux besoins à la fois des entreprises et des étudiants. Pendant des années, j’ai rencontré d’un côté des étudiants qui se plaignaient de postuler dans le vide et de l’autre des entreprises m’affirmant être à la recherche de candidats. Alors, j’ai décidé de trouver un moyen pour qu’ils puissent se rencontrer », explique Stéphanie Bediez.

« C’est difficile d’obtenir un rendez-vous lorsque l’on est jeune et parfois sans expérience… C’est de là qu’est né le job dating, poursuit-elle. Les étudiants ont la possibilité de voir en une après-midi bon nombre d’entreprises. Les sociétés m’adressent préalablement leurs offres de stages et d’alternance. Je les publie à destination des jeunes en master principalement. Une fois leur choix fixé, ils bénéficient d’entretiens. Depuis sa création c’est un succès. L’an dernier, plusieurs étudiants ont été embauchés après leurs stages. »

Delphine Filès, chargée de recrutement pour l’entreprise Tape à l’oeil depuis deux ans, symbolise l’un des succès de ce job dating. Cette ancienne étudiante de l’Université Catholique de Lille a trouvé sa première alternance grâce au concept de Stéphanie Bédiez. « Je n’ai que de bons souvenirs de cette expérience. En une journée, j’ai trouvé un stage et une alternance. Maintenant, les rôles s’inversent. Je suis ici pour recruter à mon tour. »

Vina NODIN