Ma robe ? Chut, c’est un secret…

Le phénomène du vide-dressing est en plein essor. Mais il arrive parfois qu’on tienne à nos vêtements : une robe qui a été mise pour un mariage mais qui reste au fond du placard car trop classe pour être portée tous les jours ? Et si vous la louiez ?

    C’est dans ce show-room qu’Agathe attend les futures robes à louer.

C’est dans ce show-room qu’Agathe attend les futures robes à louer.

Créer une boîte, c’était son ambition. Agathe Cuvelier a 27 ans. Après avoir fait des études de mode à Paris, elle est revenue à Lille, sa ville natale, pour se lancer : « J’ai connu beaucoup de mariages. Parfois, je pouvais en avoir dix sur un même été. Il fallait tout le temps changer de robe. Mais une fois achetées, les robes restaient dans l’armoire. » Après une conférence au salon de l’entrepreneur à Paris, Agathe a eu « le déclic » : son site, Les Cachotières, est lancé depuis près de deux semaines et à son compteur, déjà plus de mille « likes ».

Son concept, encore en développement, est simple : louer des robes haut de gamme aux particuliers. « A terme, je voudrais créer un site pour envoyer et récupérer des robes d’un peu partout en France. » Mais pour le moment, il faut déjà récupérer des robes. Agathe se donne deux à trois mois pour que les jeunes femmes lui en apportent afin d’en avoir suffisamment pour les louer à d’autres. La propriétaire dépose sa robe au show-room d’Agathe pour une durée de trois mois renouvelable. Et la locataire peut garder le vêtement trois jours voire plus. Pour Agathe, « le but est de s’offrir une robe moins chère que son prix initial mais aussi une robe qu’on n’a pas forcément osé s’acheter soit parce qu’elle était coûteuse, soit parce qu’on se dit qu’on n’osera pas la porter. »

Un concept qu’elle espère élargir  

Pour le moment, la jeune entrepreneuse ne loue que des robes. Mais si le concept fonctionne, elle envisage la location d’accessoires, de manteaux et de vestes. Son objectif est aussi de faire découvrir les jeunes créateurs grâce à la location de leurs vêtements et surtout, qui peuvent montrer leurs créations uniques. Rien de tel que d’être une petite « cachotière » à un mariage, avec une robe magnifique à moitié prix. Mais chut, c’est un secret.

Plus d’informations sur www.lescachotieres.com

Charlotte BENOIST