Un concert à l’heure du Ch’ti 2015

A l’occasion de la sortie du Ch’ti 2015, le samedi 21 mars, différentes animations étaient organisées Place de la République, à Lille. Et le célèbre concert annuel n’a pas fait exception.

 sortie du Ch’ti - Marina Kaye était la première artiste à entrer sur scène.

Marina Kaye était la première artiste à entrer sur scène.

Le froid, le vent et les quelques gouttes de pluie n’auront pas eu raison du concert. Organisé dans le cadre de la sortie du Ch’ti 2015, il s’est déroulé Place de la République, avec le Palais des Beaux Arts en toile de fond.

Un concert qui clôturait ce premier jour de distribution du célèbre guide des bonnes adresses de la métropole lilloise. « C’est toujours un moment convivial, on vient entre amis et puis assister à un concert gratuitement ça ne se refuse pas », sourit Julie, étudiante. C’est d’ailleurs « l’argument de vente » majeur de ce concert, comme le confirme Quentin, lui aussi étudiant : « Je ne suis pas un grand fan des concerts mais c’est toujours mieux lorsque l’on ne paye pas. »

De la musique pour tous les goûts

Le temps n’était pas réellement au rendez-vous et il a fallu que tout le monde s’adapte, à commencer par les artistes eux-mêmes. Marina Kaye, gagnante de l’émission de télévision La France a un incroyable talent en 2011, était la première à entrer sur scène. La jeune chanteuse de 17 ans est d’ailleurs apparue avec un épais manteau pour interpréter ses différents titres.

A cette occasion elle a pu faire vibrer les spectateurs sur les rythmes du titre phare de son EP (extended play) Homeless. Une artiste qui n’a visiblement pas laissé insensible Sophie, venue avec ses enfants : « Je l’avais vue lors de l’émission de télévision et elle a toujours un timbre de voix exceptionnel pour son âge. »

Deux autres styles musicaux se sont ensuite enchaînés. Le groupe Boulevards des airs a fait partager ses sonorités rock mais aussi reggae pour faire monter la température. Et pour conclure, l’électro était une nouvelle fois à l’honneur avec Lost Frequencies. Les basses ont ainsi résonné jusqu’aux environs de 22 heures. Il y en aura donc eu pour tous les goûts et les habitués se sont déjà donné rendez-vous pour l’an prochain.

Rémi LEFEUVRE