Le tri dans la métropole, et si on s’en occupait ?

Dans le cadre de la collecte et du tri des déchets, la ville de Comines, située à la frontière franco-belge, a décidé de commencer à verbaliser, à partir de septembre, les riverains qui laisseraient leurs conteneurs à poubelles envahir les rues de la ville.

 Les déchets son triés mécaniquement et manuellement sur un espace de près de 5 hectares.

Les déchets son triés mécaniquement et manuellement sur un espace de près de 5 hectares.

Les poubelles sont gérées par la Métropole Européenne de Lille (MEL), qui possède la compétence des déchets. Les encombrants et poubelles sur le trottoir sont un problème pour l’esthétisme des rues et le déplacement des riverains. En laissant les conteneurs, les habitants risquent une amende forfaitaire de 35 à 150 € suivant le règlement municipal de propreté. C’est donc son application par une brigade de propreté qui est au goût du jour.

Pour pallier à ces problèmes, l’établissement Estera d’Halluin, créé en 1994, fait partie des deux centres de tri de la métropole lilloise gérant 85 communes. Il tente d’optimiser ses techniques et ses outils pour augmenter le recyclage. L’objectif en 2017 est de traiter 360.000 tonnes de déchets par an.

Chaque habitant de la métropole produit 1,5 kg de déchets par jour en moyenne. Des grues optiques peuvent trier 15 tonnes de déchets par heure dans des immenses conteneurs. Des chaînes de tri permettent aux ouvriers de répartir rapidement et efficacement l’ensemble des déchets recyclables. Il a une capacité de traitement de 100.000 tonnes de déchets par an actuellement sans compter les 300.000 tonnes de déchets incinérés.

De nouvelles technologies pour un tri optimisé

Un incendie en octobre 2008 a détruit la totalité du processus et le circuit de la visite. La reconstruction de l’équipement a permis sa modernisation (nouvelle ligne de tri optique) et d’accroître son rendement. Le tri optique est complémentaire au tri manuel des employés. La chaîne de tri est entièrement scannée et les matériaux sont plus rapidement répartis.

Triselec, société de traitement et de valorisation des déchets ménagers, a mis en place un dispositif original d’aide à la formation et à la réinsertion. Ceux-ci bénéficient par exemple d’une formation continue aux nouvelles technologies. En dix ans, 1.971 personnes en ont bénéficié et 724 ont été reclassées. Les performances de la métropole lilloise restent constantes par rapport à l’année 2011 et se situent généralement largement au-dessus de la moyenne nationale sur la majeure partie des matériaux. A savoir, 7 déchetteries sur Lille sont disponibles pour les particuliers pour le dépôt d’encombrants.

Hugo SIMARD

Pour plus de renseignements, consultez la gestion du tri des déchets sur le site www.lille.fr