Le street art à l’honneur à la Catho

L’Université Catholique accueillait mercredi 8 avril deux jeunes artistes spécialistes du street art. Installé dans la cour d’honneur, ils ont exposé leurs œuvres et fait découvrir le graff aux étudiants lors d’un atelier créatif.

 Les étudiants se prêtent au jeu du graff accompagnés de l’artiste Sweak Nocif d'Instinct (au centre).

Les étudiants se prêtent au jeu du graff accompagnés de l’artiste Sweak Nocif d’Instinct (au centre).

A l’occasion de la journée des arts et de la culture dans l’enseignement supérieur, l’Institut Catholique de Lille organisait une journée spéciale street art, suite à l’initiative des étudiants en Lettres. Deux jeunes artistes graffeurs de la région, Naoui et Sweak Nocif d’Instinct, sont venus présenter leur art et faire participer la jeunesse autour d’une seule et même œuvre collective.

« Promouvoir notre art c’est important, mais j’aime tout particulièrement l’échange avec les jeunes. On a préparé un live pour inviter les personnes à prendre part au graffiti », confie Naoui, membre de l’association Da-Mas de Roubaix. Tous les étudiants ont pu, sous la tutelle des deux professionnels, s’initier à cet art. Le défi : prendre une bombe de peinture, secouer fortement et remplir un espace prédéfini par les graffeurs.

« Une journée sous le signe de la convivialité »

« Le but de cette journée est de mettre en évidence les différents talents artistiques des étudiants. On souhaite réunir les différentes facultés et écoles pour créer un rassemblement autour d’un thème. Cette année, on voulait inviter les gens à participer ensemble, créer une cohésion, dans un esprit de convivialité », explique Céline Plumecoq, responsable du pôle Culture de l’Institut Catholique de Lille.

Cette deuxième édition de la journée consacrée à l’art s’est terminée en beauté avec un concert rock, réalisé par des groupes des différentes écoles comme la FGES, l’ISEG ou encore l’EDHEC. « L’année prochaine, on espère avoir autant de réussite qu’aujourd’hui, peut-être que l’on se consacrera à la photographie, mais c’est encore à imaginer. On espère pouvoir faire plusieurs évènements à différents endroits afin de valoriser l’art », révèle Céline Plumecoq.

Camille TOMBRET