Les hommes creux : l’art au secours du mal être au travail

Affiche de l’Exposition Les hommes creux – Thierry Diers

«  En 2003, les réactions furent étonnantes, il y eut beaucoup de gêne, des sourires, des silences… et aussi des larmes », raconte Thierry Diers, en présentant ses toiles illustrant les relations conflictuelles, fuyantes, violentes ou inexistantes du monde du travail. Qu’en sera-t-il jeudi 27 avril 2017 au vernissage de l’exposition « Les hommes creux» à l’Espace culturel de l’Université Catholique de Lille ?

Les réactions attendues tout au long de l’exposition du 28 avril au 24 mai 2017, sont celles de tout professionnel concerné par la question, mais également des psychologues spécialisés en santé au travail, et des étudiants en Master Psychologie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines qui se sont emparés du sujet et exposeront le fruit de leur travail aux côtés de Thierry Diers.

Les étudiants de psychologie en atelier

Des spécialistes de la question de la santé au travail, comme Henry Cléty et Catherine Demarey, Docteurs en psychologie spécialisés dans la psychologie du travail et la santé au travail, ont accompagné la naissance de cette exposition, en y associant leurs étudiants. Après un travail  en atelier avec l’artiste, les étudiants en Master de Psychologie à la FLSH ont été invités à choisir une œuvre de Thierry Diers et une pratique artistique avec laquelle construire leur propre réflexion. « Je m’attendais à des écrits », explique Henry Cléty, « mais beaucoup d’étudiants ont choisi d’explorer d’autres médias comme la photo, le dessin ou la caricature, la musique ou la sculpture ». Catherine Demarey, quand à elle, a choisi de montrer l’exemple en proposant un écrit sur le tableau « Seuls dans leurs rêves ».

 

L’art au secours de la réflexion et de l’expression

Priscillia, Alexia, Clémentine et Noémie ont travaillé en groupe : « Nous avons choisis de travailler sur l’œuvre « DRH », à partir d’un travail photographique : l’idée est de mettre en scène des personnes avec des masques, qui évoquent l’anonymat, et de mettre en relief la personne clé, non masquée, qui communique de façon non verbale que c’est elle qui a orchestré tout cela. Nous voulons rejoindre l’idée de Thierry Diers, mais en l’exprimant d’une autre façon artistique. »

Fin de Mission

Pour Clémentine, ce tableau montre aussi « qu’une femme peut être à la tête d’un poste à haute responsabilité. Cette femme paraît toute menue mais charismatique. Elle renvoie une certaine forme d’autorité ce qui montre qu’elle sait se faire respecter par son entourage, exclusivement masculin ». Le croisement des regards peut se faire autour de l’œuvre qui interpelle, sur les thématiques retenues, ou encore le choix d’une pratique artistique commune. Ainsi, la photo a été également utilisée par Cécile et Manon en jouant sur le double point de vue, entre apparence et réalité : « nous avons souhaités montrer la souffrance au travail et ce malgré les apparences. En effet les exigences professionnelles et sociales peuvent cacher des situations personnelles parfois dramatiques. »

Allégorie

Sculpture sur bois et création musicale

Elise fait de la sculpture sur bois depuis deux ans, c’est l’occasion de s’exprimer, grâce à sa passion, sur cette thématique : « c’est plutôt la place que peuvent avoir les individus dans les organisations qui m’a interpellée, je vais travailler sur l’œuvre « Je te l’avais dit », en mettant en avant l’attitude dominante du responsable. J’ai utilisé l’allégorie du chat et de la souris. Parfois on a l’impression qu’ils jouent un peu des rôles et c’est ça qui est intéressant à observer, en se demandant s’ils y sont obligés, ou parce que ça a toujours été comme ça, et s’il n’y a pas une autre façon d’envisager les relations au travail… avec plus de simplicité ! »

Deux œuvres de Thierry Diers, « On compte sur toi » et « Fin de mission » ont particulièrement retenu notre attention, » confient Alice, Emilie et Céline, « dans la mesure où elles ont suscité chez nous de nombreux ressentis s’articulant autour de la thématique de rôles, de paraître et de faux semblants au travail. » Dans la même dynamique, Julie et Héloïse se sont centrées sur l’œuvre intitulée « On compte sur toi » qui illustre pour elles « l’hypocrisie existant dans certaines relations professionnelles. Sous couvert d’une prétendue bienveillance, le supérieur cherche avant tout à dominer l’autre ». Elles ont choisi un tout autre mode d’expression, la musique : « nous avons composé et écrit une chanson sur la journée type d’un salarié qui exprime des émotions comme l’humiliation et le manque de reconnaissance : il nous paraît important de l’évoquer, non, de le crier, à notre manière ! »

Je te l’avais dit – Thierry Diers

Le travail, dans lequel les étudiants se sont d’ores et déjà bien impliqués, sera prolongé  par la production d’un catalogue d’exposition commun qui sera diffusé lors de la journée d’études « Briser les solitudes… au travail » organisée le 19 mai 2017 et ouverte à tous.

> Exposition Les Hommes creux du 28 avril au 24 mai – Du lundi au vendredi, 14h à 18h. Vernissage le jeudi 27 avril à 18h. Université Catholique de Lille – Salle d’exposition, 60 Bd Vauban – 03 20 13 47 47 – culture@univ-catholille.fr. Entrée gratuite.

Pour aller plus loin : Découvrez le Master Psychologie sociale, du travail et des organisations 

Découvrez également le DU CONSEIL ET INTERVENTION ORGANISATIONNELS ET PSYCHOSOCIAUX – TPE- PME