Apprentissage par projet

L’apprentissage par projet: deux exemples fait par CLARIFE.

Projets collaboratifs en espagnol

Depuis cette année universitaire 2016-2017 les professeurs de LV2 d’ESPOL ont eu la possibilité de changer le mode d’évaluation, en passant d’une évaluation ou la moitié de la note était un examen final à l’option d’avoir 100% de la note en control continu. Dans ce nouveau cadre pédagogique, les professeurs d’espagnol, coordonnés par moi-même, ont décidé de commencer à faire des projets collaboratifs en utilisant les outils technologiques qu’ils avaient à leur disposition au sein de Clarife (comme les iPads) et aussi les connaissances d’innovation pédagogique que nous avions apprises pendant les ateliers que l’équipe de Re@Langues a organisé les années précédentes.

La question principale qui se posait quand nous avons changé la méthode d’évaluation était: pourquoi introduire la méthodologie d’apprentissage basée sur des projets collaboratifs dans nos cours? Qu’est-ce qu’elle pourrait nous apporter?

D’abord, l’utilisation de ce type de méthodologie est plus avantageuse pour les professeurs de langues. D’un côté, si le projet est bien structuré et les objectifs sont clairs, l’étudiant doit être le centre de tout le processus d’apprentissage. En plus, puisque ils doivent travailler en groupes, normalement ils se sentent plus impliqués pour le travail à faire et pour eux c’est aussi plus motivant que de travailler tout seul.

« Project activities are the means; knowledge and understanding is the goal » (Blumenfeld & Solloway, 1991 en Larmer, et al. 2015:35)

Les étudiants ont l’opportunité de développer les compétences communicatives fondamentales pour le travail collaboratif dans les cours de langues, et ainsi, favoriser la pratique des habiletés orales en espagnol (Boss & Krauss, 2014).

En plus, nous pouvons ajouter le fait de compter sur beaucoup de technologies éducatives que nous pouvons utiliser pour améliorer la compréhension et l’expression de nos étudiants dans la langue étudiée.

Les étudiants de nos jours sont connectés sur internet vingt quatre heures sur vingt quatre, et possèdent des compétences technologiques que nous, professeurs, nous n’avons pas. Pour cette raison, cet usage technologique est un autre avantage que nous devrions être capables de transférer de la vie quotidienne de l’étudiant à la salle de classe.

Ce premier semestre, les étudiants (en groupes de trois ou quatre) devaient imaginer qu’ils allaient créer une association qui aurait pour but d’aider leur communauté.

Pour réussir ceci, ils avaient différentes tâches à accomplir. D’abord, ils devaient se mettre d’accord sur le type d’association qu’ils voulaient créer. Quel serait la réalité dans laquelle ils allaient introduire cette association? Quelles étaient les besoins de la population de leur communauté? Quels étaient les critères SWOT qui sortaient de l’analyse? Dans quel secteur ils voulaient la créer? Quelles seraient les objectifs principaux de leur association?

À partir de cette délibération, la première chose à faire était de rédiger les statuts de l’association. Ils avaient des modèles réels espagnols, et ils devaient établir les normes et les règles. Ils devaient désigner aussi les rôles des personnes de l’association (le président, le comptable, le vice président, etc.)

Ensuite, la deuxième phase du projet consistait à établir le bussiness plan sur trois ans. Combien coûterait l’inscription à l’association? Quelles étaients les mesures qu’ils avaient pour rapporter de l’argent et aussi organiser des événements ou fixer des objectifs?

Finalement, ils devaient s’occuper de la partie marketing. Comme toute association, pour se faire connaître, ils devaient créer une publicité pour la presse écrite, un spot publicitaire et finalement, une page web où les personnes intéressées pouvaient voir leurs actions, comment devenir membre et avoir beaucoup plus de renseignements.

Grâce à toutes ces activités, le professeur a diverses alternatives pour évaluer le travail de l’étudiant, les compétences travaillées et aussi les connaissances acquises pendant le processus d’apprentissage par projets. En outre, au fur et à mesure que le travail des étudiants évoluait, ils devaient répondre aux différents questionnaires (autant de façon individuelle qu’en groupe), dans lesquels ils disaient ce qu’ils avaient fait semaine après semaine, ce qu’il leur restait encore à faire, s’ils avaient des problèmes pour la réalisation du projet, et ce qu’ils étaient en train d’apprendre ou s’ils avaient l’impression de bien travailler en groupes, ou comment ils préféraient travailler pour accomplir les objectifs du projet.

À la fin de toutes ces tâches et après avoir rempli plusieurs questionnaires, le groupe d’étudiants devait présenter oralement son travail de façon à pouvoir répondre aux questions pertinentes sur leurs statuts, la constitution, leurs stratégies économiques et du marketing pour la création et la vie de leur association.

Le but final de cet article était de vous montrer quelques exemples des travaux réalisés  par mes étudiants de première année d’Espol, puisque quelques groupes ont fait de très bons projets, qui méritent d’être partagés. De plus, comme nous le disions au début, le fait d’utiliser les TICs non seulement favorise la réalisation de certaines activités mais nous donne également la possibilité de publier les choses faites par les étudiants, de manière à ce que le public touché soit plus large que si les étudiants présentent leurs projets seulement en classe.

Exemples des travaux réalisés:

  1. Association: Intercambiarte. L’objectif de cette association était de faire des échanges relatifs à l’art (cinéma, musique, peinture et sculpture) avec des étudiants des universités espagnoles. Les étudiants de ce groupe ont fait une superbe page web avec une vidéo de promotion, la présentation des personnes de l’association, etc. http://scorpiontheboss.wixsite.com/intercambiarte
  2. El vino del pueblo. C’est une association créée pour et par les jeunes intéressés par la viticulture et par le monde du vin. Ils ont fait une page web avec une vidéo ou ils présentent leur projet, leur objectifs, etc. http://mrhjulien.wixsite.com/elvinodelpueblo
  3. Sollille. Les étudiants de ce groupe ont pensé à créer une association qui pourrait s’occuper de la gestion des événements dynamiques et divertissants à Lille. http://proyectosolille.wpweb.fr/

Les conclusions que nous a apporté la réalisation de ce projet, collectées aussi avec l’avis final des étudiants en forme d’auto-évaluation, c’est que, en général, les étudiants étaient satisfaits de leur processus d’apprentissage. Les étudiants ont développé de nouvelles connaissances et stratégies d’apprentissage à travers la réalisation de différentes tâches jusqu’à la présentation finale.

Quelques-unes des réponses des étudiants concernant le fait d’avoir ou non aimé travailler avec cette méthodologie de projets sont les suivantes:

  • quelques uns affirment qu’ils ont bien aimé travailler d’une façon différente, comme si c’était quelque chose qui se produirait dans la vie réelle et ou dans leur avenir professionnel.
  • D’autres disent qu’ils étaient contents d’avoir utilisé la technologie pour faire leur projet.
  • Finalement quelques étudiants se sentaient plus à l’aise quand ils parlaient en espagnol après avoir travaillé le projet et la présentation dans cette langue.

Quand nous leur avons demandé ce qu’ils avaient aimé le plus, la plupart des étudiants ont répondu que c’était le fait de travailler en groupes, parce qu’ils devaient plus s’impliquer et ils étaient plus motivés.

En conclusion, même s’il y a encore des choses à améliorer pour mettre en place cette pédagogie pour l’enseignement de la LV2, il est évident que l’introduction des projets dans les cours de langues avec les étudiants d’Espol a été  bénéfique en termes d’implication,  d’amélioration de leur niveau linguistique et de motivation pour étudier la langue étrangère.

Article écrit par: Iria Vázquez Mariño: iria.vazquezmarino@univ-catholille.fr

Co-elearning

Présentation des projets co-elearning (en anglais). http://coelearning.net/

Chaque année, il y a autour de 4 projets collaboratifs entre étudiants de Licence Euro à la faculté de droit (première année) et des étudiants d’universités dans le monde. Cette annee universitaire (2016-17) on realise des projets avec:

• University of Westminster
• University College London
• Queen Mary University, London

Ces projets impliquent la forme de taches diverses, toujours avec le but de realiser un travail finale, par exemple un essai de 500 mots en anglais.

Les etudiants des deux cotes de la manche font leur recherches ensemble, soit en synchrone, soit asynchrone.