Coulisses de stage : Charlotte, étudiante en Master Management de la Culture au LaM

Charlotte Deshayes a 23 ans, elle est actuellement en dernière année de master Conduite de projets culturels et Management de la Culture à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH).

D’origine Normande, elle est arrivée sur Lille il y a cinq ans pour suivre une licence d’études en danse à l’Université de Lille.

Après trois ans de formation, elle a souhaité découvrir d’autres formes artistiques et surtout se former au management de la culture. Tâches administratives, budgets, demandes de mécénat, normes de sécurité … le domaine culturel demande des connaissances précises et importantes.

Dans le cadre de son Master, elle a eu l’opportunité de réaliser deux stages de trois et cinq mois.

Lors de sa première année de formation, elle a rencontré et échangé avec de nombreux professionnels de la culture puisque l’essentiel des cours étaient dispensés par des intervenants extérieurs qui proposent régulièrement des rencontres avec des professionnels.

C’est dans le cadre d’une de ces rencontres qu’elle a fait la connaissance de Claudine Tomczak, Responsable du développement de la culture pour tous au LaM, à Villeneuve d’Ascq.

Mme Tomczak développe les actions culturelles du musée dans des structures plus éloignées telles que les hôpitaux, les centres pénitentiaires, les centres sociaux, les établissements spécialisés (EPAD, MAS, IME…). Rapidement, Charlotte a été passionnée par la dimension humaine de son métier. Elle a donc effectué son stage de première année avec elle, et c’est assez naturellement qu’elle est revenue au LaM pour son second stage.

Au cours de son second stage, elle est en charge de plusieurs missions qu’elle réalise en autonomie. Parmi les missions, Charlotte s’occupe de l’élaboration de la programmation jeune public 2019-2020 du musée. C’est une occasion unique pour elle de mettre à profit ce qu’elle a appris à la FLSH; mettre en place des budgets, collaborer avec l’équipe de guides-conférenciers pour imaginer des ateliers et stages pour les familles… Son réseau personnel est aussi utile pour démarcher des intervenants extérieurs susceptibles d’intervenir dans la programmation.

Elle est chargée d’aller à la rencontre des centres sociaux de la région pour les sensibiliser au musée et proposer des activités spécialement imaginées pour eux. Adaptation, dialogue et disponibilité sont des qualités nécessaires pour répondre à cette mission.

En parallèle, elle anime des conférences d’Histoire de l’art pour un établissement spécialisé. C’est l’occasion de se confronter au public, de trouver des outils ludiques et pédagogiques pour faire découvrir à tous des artistes exposés au musée.

Chaque semaine, elle accompagne sa tutrice de stage en centre pénitentiaire pour mener des actions de médiation culturelle hors les murs. Ce sont des expériences inoubliables, chaque atelier est unique et laisse des traces.

Ses interventions auprès de ces publics ont été surprenantes. L’appréhension laisse rapidement place à des échanges humains forts.

L’art autorise à l’esprit de ces hommes et enfants une courte évasion et donne du sens à ce que travailleurs dans le milieu culturel, comme Charlotte, peuvent imaginer et construire. Pour elle, la dimension artistique d’une oeuvre est importante, mais le lien social que celle-ci est capable de faire apparaître l’est encore plus.

Il en est de même dans les hôpitaux de la région où elle intervient aussi dans le cadre d’atelier artistique. Ce sont, au travers des ateliers, des échanges et des parcours de vie qui s’entremêlent et qui sont intenses.

Au musée, il y a une grande demande pour des renseignements, inscriptions etc… Charlotte doit être en mesure de répondre à toutes les demandes, ce qui nécessite une connaissance de tous les services et activités proposés au LaM.

Elle est très satisfaite de ce stage de dernière année qui est, pour elle, très formateur et qui l’encourage à appliquer ce qu’elle a appris en cours, mais qui la pousse également à aller plus loin dans la réflexion et dans son apprentissage. Elle est donc reconnaissante parce que c’est au LaM, dans un univers confortable et créatif qu’elle a pu s’affirmer en tant que personne, dans un travail d’équipe constant. Son humeur constante lui permet d’établir des relations de travail positives et créatives avec tous.

Ce stage sonne pour elle la fin de ses études sur des notes positives et ambitieuses pour la suite. Désormais, elle est armée pour entamer une nouvelle période de sa vie. Nous lui souhaitons donc une belle carrière !

Il serait trop long de décrire l’ensemble de ses activités au musée, elles sont nombreuses et diverses. La monotonie n’existe pas et elle découvre chaque jour de nouvelles choses. Vous pouvez vous renseigner auprès du LaM, ou échanger avec Charlotte pour en savoir plus.

 

Comments are closed.