Les étudiants de la FLSH investissent le Campus Créatif !

Atelier théâtre © ICL G Leroy

170 étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) ont participé cette année aux ateliers du Campus Créatif. De la sculpture à la danse, en passant par le théâtre et la chorale, le street art ou la couture, ils avaient le choix de s’ouvrir à de multiples découvertes artistiques : « A travers les ateliers », explique Justine Joseph, chargée de mission au Campus créatif de l’Université Catholique de Lille, qui a organisé 35 ateliers en 2019-2020, « nous souhaitons ouvrir les étudiants à l’art, leur permettre de se tester ou de se perfectionner. Ils découvrent le plaisir de créer, de développer leur personnalité à travers des disciplines permettant l’expression sur une forme différente, une forme qu’ils n’auraient pas eu l’idée ou l’occasion de tester par eux-mêmes ».

campus créatif © Ambroise et Eloi (Atelier photo)

Développer de nouvelles compétences

A l’heure où les « soft skills » ou compétences douces sont de plus en plus attendues sur les CV, le campus créatif ouvre le champ de nouveaux savoir-être et savoir-faire. Pour Justine Joseph, les compétences développées sont propres à chaque étudiant et à chaque discipline.

On peut développer sa qualité d’écoute, sa capacité à intervenir au sein d’un groupe, sa sensibilité, sa capacité à convaincre,… les étudiants dépassent leur timidité, leurs limites personnelles, physiques ou/et psychologiques.

Cassandre a participé à l’atelier chant du premier et du second semestre tandis que Madelon s’est tournée vers l’atelier couture. Mathilde a choisi le théâtre au premier semestre parce qu’elle est « une véritable passionnée de théâtre et qu’elle cherchait activement un cours » et l’atelier sculpture au second semestre, « par curiosité pour une nouvelle pratique ». Toutes trois, volontaires et passionnées, ont répondu à nos questions !

Pour Cassandre, cet atelier répondait à un manque : « J’ai décidé d’y participer car je chantais au lycée et c’est quelque chose qui me manquait depuis que je suis arrivée à la fac. J’ai longtemps cherché des cours de chants mais je n’ai rien trouvé qui rentrait dans mon budget. »  Comme son emploi du temps le lui permettait pendant la semaine, Madelon, étudiante en Licence 2 Médias, Culture et Communication  souhaitait  « réaliser une activité en dehors des cours, une activité manuelle m’intéressait plus que les autres, la couture était donc un choix logique. J’aime beaucoup l’idée de pouvoir créer des choses uniques du début à la finJe ne me pensais pas capable d’être aussi concentrée, » poursuit Madelon, « je me suis découverte des qualités de minutie et de patience que je n’avais jamais développées auparavant. Cela a fait croître aussi mon imagination et ma créativité pour créer le vêtement que je voulais, j’ai pris plaisir à chercher dans les boutiques le tissu parfait pour réaliser ma robe, et j’ai beaucoup apprécié passer du temps avec des personnes que je ne connaissais pas. Moi qui suis d’ordinaire assez réservée, j’ai pu aisément discuter avec des personnes qui aimaient les mêmes choses que moi. Cela facilite les discussions. »

Un espace propice à la rencontre et à l’échange

Etudiante en Licence 3 de psychologie, Cassandre a elle aussi apprécié d’élargir le cercle,  « de faire pleins de nouvelles rencontres ! » Elle a « découvert de nouvelles techniques vocales, travaillé sur ma respiration, ma notion du rythme… Chanter m’a permis de relâcher beaucoup de pression. La 3ème année est un peu stressante avec toute la problématique de sélection en psychologie et chanter me fait vraiment du bien vis-à-vis de ça, » confie –t-elle.

Atelier sculpture © ICL G. Leroy

« Je pense qu’un Campus Créatif permet une ouverture d’esprit nécessaire a chacun(e) », confirme Justine Joseph, « c’est un plus car c’est une bulle de respiration pour eux, dans leur longues semaines de cours, pratiquer une activité artistique leur permet de souffler tout en créant, c’est gratifiant ! » Pour Mathilde, étudiante en Licence Métiers de la Culture et des Arts, ces ateliers sont un excellent complément à sa formation, surtout pour découvrir de nouvelles pratiques : « J’ai beaucoup appris en sculpture ; je ne pensais pas que c’était aussi dur ! J’ai l’habitude de regarder des vidéos sur ce sujet sur internet et là j’ai pu réellement apprendre comment les artistes sculpteurs faisaient leurs créations. »

Une ouverture culturelle que toutes les écoles et facultés devraient proposer

Atelier

Atelier Théâtre © ICL G. Leroy

Pour Cassandre, « le Campus Créatif est quelque chose de très enrichissant sur le plan personnel et culturel et ce genre de dispositif devrait être mis à disposition dans toutes les écoles et facultés de France.» Justine Joseph confirme « A mes yeux, oui, toutes les écoles devraient proposer aux étudiants la possibilité de développer leur côté créatif, leur permettre par des moyens plus artistiques de grandir et d’évoluer, de rencontrer des personnes d’horizons différents que sont les artistes. »

Madelon  pense quant à elle « que ce genre d’ateliers peut permettre à nombre d’étudiants de se découvrir, sinon une passion, de nombreux points d’intérêts qu’ils ne soupçonnaient pas, pour peu qu’ils tentent leur chance dans l’un des ateliers. Comme on nous l’a expliqué durant les premiers cours, il n’y a qu’en France que l’on « évalue » les étudiants avec des notes, des matières magistrales… Dans beaucoup de pays, on a des évaluations sur des compétences concrètes, comme la créativité, la capacité à se débrouiller seul, ou au contraire à réaliser des travaux de groupes. Si on a l’objectif de partir étudier à l’étranger, ce genre d’évaluations permet donc aux universités étrangères de se faire une idée sur les étudiants qu’ils pourraient accueillir. »

A l’étudiant qui hésite à franchir le pas…

© Ambroise et Eloi – Atelier photo

« A celui qui hésite à s’inscrire, je dirais de ne surtout pas avoir peur de ne pas être au niveau », insiste Justine Joseph, « c’est une réflexion qui revient souvent au moment des inscriptions. Or, il n’y a aucun pré requis pour intégrer un atelier, quel qu’il soit. Les groupes de 15 personnes sont un format idéal pour que l’artiste qui mène l’atelier puisse être présent à chacun et l’aider à avancer à son rythme. Aucun étudiant n’est revenu me voir en me disant qu’il se sentait a un niveau trop faible pour continuer l’atelier ! »

Le tarif peut être un frein pour certains étudiants, mais « Le prix des ateliers n’est que de 10pour tout un semestre », précise Madelon.  « Je ne pense pas que cela représente un investissement si conséquent pour 2 heures d’atelier par semaine pendant 4 mois. Il ne faut pas hésiter à se déplacer jusqu’au Campus Créatif pour observer, discuter avec les étudiants déjà participant aux ateliers pour se faire une idée, avant de tenter le coup. Les étudiants et les responsables seront ravis de répondre à toutes les questions. » Alors si toi aussi tu rêves de « faire des rencontres mais aussi de développer ou te découvrir des compétences » comme Cassandre et Madelon, pousse la porte du Campus créatif. « On a qu’une vie », te rappelle Mathilde, « fonce et choisis ce que tu as envie de tester ! Si tu veux découvrir de nouvelles choses, c’est maintenant ! »

> Campus créatif, 28 rue Lavoisier, à Lille.

Plus d’informations sur la page Facebook Campus créatif UCL

Comments are closed.