Quels métiers en relations internationales ?

Les Relations internationales attirent beaucoup d’étudiants qui choisissent de faire une carrière à l’international ou en lien avec l’international. Après un Master en Relations internationales, les débouchés représentent un large éventail d’emplois dans le secteur public, privé ou associatif. Quelles sont les missions associées à ces postes ?

Diplomatie et fonction publique (Conseiller, coordonner, gérer)

Diplomate, conseiller d’ambassade, chargé des affaires consulaires, chargé/responsable de coopération internationale, les métiers de la diplomatie ne sont pas réservés à ceux qui passent par l’ENA. Mais il faudra passer les concours de l’administration publique exigeant une formation internationale pour travailler dans un des Ministères (affaires étrangères, coopération, défense) ou dans la Fonction publique européenne.

Diplomate / Conseiller politique (Conseiller, coordonner, administrer)

Le conseiller politique est en charge essentiellement des questions politiques, parfois des questions économiques, dans une ambassade, un consulat ou dans l’administration centrale. Avoir des connaissances spécialisées sur une zone géographique précise est un plus. Pour obtenir ce poste, il faut passer le concours de secrétaire ou de conseiller des affaires étrangères de catégorie A. 

Chargé/responsable de coopération internationale (Coordonner, mettre en œuvre, organiser)

La mission du chargé/responsable de coopération internationale s’inscrit dans une stratégie des projets de coopération scientifique qu’il va contribuer à concevoir et mettre en œuvre. Pour cela, il collecte et sélectionne les informations nécessaires à la promotion des activités scientifiques de l’établissement dont il dépend. Il établit des partenariats, anime un réseau d’experts, organise des activités scientifiques, pédagogiques et de recherche. Il est en veille sur les sources de financement et à la recherche d’opportunités de collaboration internationale (appels d’offre). Avec son équipe, il assure la logistique, et l’aspect administratif et financier de l’accueil des étudiants, des enseignants, des chercheurs et des délégations étrangères.

Chargé de projet humanitaire/Manager humanitaire (Identifier, planifier, organiser)

L’objectif du chargé de projet humanitaire est de définir les besoins des populations qui vont surgir dans des contextes de crises humanitaires afin de les secourir rapidement et efficacement. Il gère une ou plusieurs missions de la conception à la phase terrain, en planifiant, en allant à la recherche de financements, de façon à définir un plan d’action concret et réaliste par rapport au budget obtenu. Il met en place une équipe pour la mise en œuvre de l’opération.

Responsable géographique d’une ONG (Identifier, planifier, organiser)

Le responsable géographique doit savoir répondre à tous les problèmes pouvant se poser au sein de chaque programme humanitaire. Il est en relation quasi quotidienne avec les chargés de projets, surtout dans les missions d’urgence. Avant leur lancement, il présente les projets aux bailleurs de fonds pour obtenir les financements nécessaires, puis il évalue les besoins humains et prépare les volontaires avant le départ. Ensuite, il suit les différentes actions sur le terrain, il est le représentant auprès des autorités locales, assure le suivi des programmes sur place et en rend compte à sa Direction.

Chef de mission humanitaire (Préparer, encadrer, organiser)

Le chef de mission humanitaire est l’interlocuteur du siège sur le terrain, il assure les contacts avec les autorités locales, prépare l’arrivée des volontaires, encadre l’équipe d’expatriés ainsi que le personnel local : parfois plus de 100 personnes. Il est en charge du plan d’action, des outils de suivi, il répond aux problèmes humains et pratiques qui se posent au fur et à mesure de la mission.

Mais aussi...

  • Analyste de stratégie internationale
  • Responsable de veille stratégique et économique
  • Consultant en développement international
  • Enseignant en histoire dans les sections internationales
  • Conseiller en institutions de soins ou d’éducation

Les métiers de nos alumni

Les formations possibles vers les métiers des relations internationales

Pour travailler en entreprises, dans des agences ou diverses organisations, il est fortement conseillé d’avoir un très bon niveau de langues et un diplôme de Master (BAC+5). Les profils sont divers, mais associent toujours les compétences en langues étrangères et la culture générale ou spécialisée dans un domaine (Histoire, économie,…)

Les parcours de formations possibles à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (Licence + Master) :

Ils sont diplômés de la FLSH

Carole, Alumni Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Marine, Alumni Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Bettina, Alumni Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Baptiste, Alumni Faculté des Lettres et Sciences Humaines