Coulisses de stage : Thibaud, journaliste à La Voix Du Nord

© Johan Ben Azzouz

1) Comment as-tu trouvé ton stage ?

J’ai trouvé mon stage grâce à mon journal tout simplement. Je reçois La Voix du Nord chaque jour chez moi. Après avoir tenté plusieurs rédactions parisiennes en décembre et ayant reçu plusieurs refus ainsi que des attentes, j’ai tenté la rédaction locale et cela a marché. J’ai contacté l’édition de Calais et j’ai eu un entretien très rapidement. Et depuis, j’ai effectué mon stage de six semaines jusque fin juin. C’était un super stage où j’ai énormément appris. A la fin de cette période, le rédacteur en chef m’a remis ma carte de correspondant de presse La Voix du Nord.

 

2) Quelles sont tes missions ?

Mes missions étaient tout simplement d’observer, de récolter les informations et de les retranscrire, sous forme d’articles. Le premier jour de stage, j’ai accompagné Jean-Philippe, chef d’édition adjoint, sur le terrain. Il faisait un reportage sur la construction d’entreprises sur des terrains vagues. J’ai suivi ses gestes, ses questions posées, son comportement sur le terrain. Je ne savais pas que le soir même, j’allais effectuer mon premier reportage. Il portait sur une exposition sur le vingt-cinquième anniversaire du Tunnel sous la Manche. J’étais un peu stressé. J’avais quelques bases de mes cours. Mais cela s’est très bien passé. Et puis ce fut un enchaînement d’articles publiés. Mon premier article paru était sur la venue de la chanteuse Nâdiya pour une dédicace dans un magasin. Chaque matin, il y avait une conférence de presse quotidienne où nous échangions énormément avec les journalistes et le rédacteur en chef. Ce sont plus d’une quarantaine d’articles parus en six semaines. C’était une très bonne expérience avec une équipe au top.

3) Qu’est-ce que tu apprends ?

Dans ce stage, j’ai appris beaucoup de choses. Tout d’abord, le jargon journalistique comme les formats de journaux. Je voulais pratiquer ce stage dans le but de m’améliorer à l’écrit, créer mon propre style d’écriture. Et à force d’écrire, je trouve que je me suis amélioré. Ce n’est toujours pas parfait, mais c’est un début. Ayant travaillé en équipe dans mes jobs d’été, j’ai appris à travailler dans une rédaction : l’échange avec le rédacteur en chef Olivier, le rendu des papiers à l’heure… J’ai ainsi découvert le logiciel CCINews qui stocke tous les articles avec des « story folders ». Et j’ai surtout appris à connaître de nouvelles personnes à travers leurs histoires lors de reportages-interviews.

4) Que t’apportent les enseignements de ton Master ?

Mon Master Histoire & Journalisme m’apporte beaucoup. Quand je suis arrivé en septembre dernier en M1, je savais peu de choses sur le métier. Grâce à cette année, j’ai appris plusieurs notions techniques et à pratiquer sur le terrain. Dans notre master, nous apprenons également à faire du montage sur Premiere, nous avons découvert Indesign, Photoshop pour retoucher des photos ainsi que créer des maquettes de journaux. Pour moi, ce qui fait l’un des charmes de cette formation est le Médialab. Celui-ci se compose d’un studio radio et d’un studio de télévision. Chaque semaine, nous y sommes et nous nous exerçons. Des cours de culture générale et d’histoire contemporaine sont proposés également. Un journaliste doit acquérir une bonne connaissance de l’actualité. Je suis très heureux de poursuivre cette formation en Master 2 l’année prochaine avec ma superbe promo !

5) Est-ce que cela confirme ta vocation ?

Evidemment. Ce stage confirme encore plus mon envie de travailler dans ce domaine. J’adore être au contact des personnes (l’interview), savoir raconter leurs histoires. C’était un stage très bénéfique et je remercie la rédaction locale de Calais. L’an prochain, j’aimerais découvrir l’univers télévisuel car je prends cette spécialité, même si l’écrit est primordial pour le journaliste.

Comments are closed.